Calendrier

« Décembre 2017
LunMarMerJeuVenSamDim
 123
45678910
11121314151617
18192021222324
25262728293031

Do

DoUn blog en douceur, pour rêver et réfléchir à la vie... C'est une des sections de mon site Bonjour chez Do. Aucun texte n'est de moi ni ne m'appartient aussi, si vous désirez les publier dans votre site ou blog, respectez la signature des textes en la mentionnant.

Blog

Catégories

Derniers billets



Je vous invite à
télécharger gratuitement
le e-book de David Komsi
Pouvoir de l'attraction
Code de recommandation : ef7399df

Couv-attraction-little-resize.gif

 
Ce livre permet de bien comprendre à quel point nos pensées sont créatrices de notre vie.

Par la suite, si vous le désirez, vous pourrez acquérir le cours audio Réussir (moins de 40 euros / 60 $) qui permet de comprendre et déconnecter nos croyances de manque, de non-mérite et qui aide à penser positivement afin d'attirer ce qu'on désire dans notre vie.

Si vous achetez ce cours, vous pourrez même l'offrir à vos contacts et, ainsi, recevoir des revenus intéressants en vente multi-niveaux.

Ce cours a été la bougie d'allumage qui m'a permise de décider de réussir, une bonne fois pour toutes, afin de dépasser le fait que je n'attirais que «juste assez» dans ma vie, sans arriver à dépasser des croyances bien ancrées en moi. Je vous le recommande donc chaleureusement.

--------------------------------

Téléchargez gratuitement le livre

Les 7 clés du bonheur (PDF)
et vous découvrirez les 7 clés essentielles pour créer le bonheur dans votre vie.
Un livre qui peut transformer votre vie.

undefined



Les derniers articles
publiés dans mes blogs :




Boutique pour réussir sa vie


Pages

Compteurs

Liens

Fils RSS

Le restaurant La Grande Roue

Par Do :: 05/06/2007 à 15:52 :: Général

En Septembre 1960, je me retrouvai seule avec 6 enfants affamés et seulement 75 sous en poches.  Les 5 garçons avaient entre 3 mois et 7 ans. Leur sœur avait 2 ans. Mon mari était parti.

Chacun d’eux craignaient sans cesse la présence de leur père. À chaque fois qu’ils entendaient le son des pneus de la voiture au contact du gravier de l’entrée, ils se précipitaient pour aller se cacher sous leurs lits. Il s’arrangeait pour laisser 15 $ par semaine pour l’épicerie.il buvait le reste. Après son départ, les enfants ne seraient plus battus mais fallait trouver un moyen pour les nourrir et les vêtir. S’il y avait un système d’aide sociale en force dans le sud de l’Indiana à cette époque, je n’en savais absolument rien.

Un jour, j’enfilai la plus belle robe que j’avais moi-même confectionnée, donnai un bain aux enfants et les montai à bord de la vieille Chevrolet 51 toute rouillée pour aller à la quête d’un emploi. Tous ensembles nous fîmes la tournée d’usines, magasins et restaurants de notre petite localité.

Les enfants restèrent calmement dans la voiture pendant que j’essayais de convaincre un employeur que j’étais prête à apprendre et à faire n’importe quoi.  Il me fallait un emploi à tout prix.

Le dernier endroit que j’ai visité, à quelques milles hors de notre ville, était un arrêt de camionneur. Il portait le nom de " LA GRANDE ROUE."

Une vieille dame nommée Granny, propriétaire de la place, écoutait ma requête tout en jetant de temps en temps un coup d’œil sur les enfants dans l’auto.  Elle me répondit qu’elle avait besoin d’une personne pour le quart de nuit, de 11 heures  à  7 heures. À 65 sous de l’heure, je pouvais commencer le soir même.  Je lui dis de ne plus chercher.

Je retournai rapidement à la maison. J’appelai l’adolescente qui gardait es enfants des gens des environs. Je m’entendis avec elle pour qu’elle passe la nuit chez moi qu’elle dorme sur le divan à raison d’un dollar par soir. Après une courte discussion, elle accepta.

Elle pouvait arriver en pyjamas puisque les enfants seraient déjà au lit.

Ce soir-là moi et mes enfants remerciâmes Dieu de m’avoir aider à trouver du travail.

Après l’arrivée de la gardienne, je partis pour commencer à travailler à LA GRANDE ROUE.

Le matin venu, je retournai à la maison, éveilla la gardienne pour qu’elle retourne chez elle avec un dollar puisé à même mes pourboires, soit la moitié que je recevais chaque soir.

Après quelques semaines, les factures de chauffage diminuèrent mes faibles gages.

Puis, les pneus usés de la vieille Chevrolet commencèrent à se dégonfler régulièrement.  Je devais les souffler en allant au travail et en retournant à la maison.

Un matin d’automne, je fus surprise de trouver 4 pneus neufs sur la banquette arrière.  Je me posai la question : Est-ce que des anges s’étaient installés en Indiana???

Sur ma route de retour je m’entendis avec le garagiste. En échange de  l’installation des pneus, je m’engageai à faire un bon ménage de son bureau.  Notez que ça m’a pris beaucoup plus de temps à brosser son plancher que la période nécessaire pour la pose des pneus.

Je travaillais maintenant 6 soirs mais c’était toujours insuffisant. Noël approchait et je savais qu’il n’y aura pas d’argent pour acheter des jouets aux enfants.

Je trouvai un vieux gallon de peinture rouge et commençai à réparer et peindre de vieux jouets. Je les cachais au sous-sol afin que le Père Noël puisse livrer quelque chose le matin de Noël.

Les vêtements étaient un autre problème.  Je parvenais à faire de multiples réparations sur les pantalons des garçons mais fallait se rendre à l’évidence que l’on ne pouvait plus rien faire tellement ils étaient usés.

La veille de Noël, les clients réguliers, soit  les camionneurs, LES, FRANK, JIM et un patrouilleur du nom de JOE buvaient du café.

Quelques musiciens, après un contrat à la Légion,  jouaient à la machine à boule. JOE et les autres jasèrent jusqu’aux petites heures et partirent avant le levée du soleil.

Lorsque vint le temps pour moi de partir, à 7 heures, le matin de Noël, je fus à nouveau surprise de voir la banquette arrière de ma vieille Chevrolet bourrée de boîte de toutes les dimensions. Je m’empressai d’ouvrir la portière du conducteur,  je m’agenouillai sur le siège en faisant  face au siège arrière.

J’allongeai la main pour retirer le couvercle de la grosse boîte pour constater qu’elle était remplie de JEANS bleus de grandeur entre 2 et 10.  Je pris la boîte tout près pour constater qu’elle était remplie  de chemises qui accompagnaient les JEANS.

Je jetai un coup d’œil à l’intérieur des autre boîtes pour constater qu’il y avait des bonbons, cacahouètes, bananes et des sacs d’épiceries. Il y avait un énorme JAMBON avec des légumes et des patates en boîtes. Il y avait du pudding, du Jello, des biscuits, de la farine et des garnitures pour tartes. Il y avait un autre sac plein d’articles pour le LAVAGE et le nettoyage. Et finalement sur l’autre siège, 5 camions et une jolie poupée.

Après avoir repris mes esprits je m’empressai de me mettre en route vers la maison.

En sillonnant les rues désertes au lever du soleil du plus beau matin de Noël de ma vie, je ne pouvais m’empêcher de sangloter en remerciant DIEU.   Je n’oublierai jamais la joie sur les visages de mes enfants ce matin-là.

Oui, je suis certaine qu’il y avait des anges en Indiana ce décembre-là.

Et ils fréquentaient…LA GRANDE ROUE.

LE POUVOIR DE LA PRIÈRE
Je crois que Dieu donne 3 réponses à nos prières…

1-  OUI                
2- PAS  TOUT  DE  SUITE             
3-  J’AI QUELQUE CHOSE DE MIEUX EN TÊTE

DIEU règne toujours….le diable est un menteur.

Si vous traversez  une période difficile présentement, sachez que DIEU se prépare à vous bénir d’une façon dont vous ne pouvez imaginer.

Mes instructions étaient de choisir 4 personnes que je désirais que DIEU bénisse et je t’ai choisi.

S’il te plaît, envoie ce message à un minimum de 4 personnes que tu voudrais que DIEU bénisse et retourne-moi une copie.

Cette prière est PUISSANTE et la prière est le plus beau cadeau à recevoir.

Ça ne coûte rien mais ça rapporte beaucoup.  Continuons à prier pour chacun de nous.

Voici la prière :

Père, je te demande de bénir mes ami(e)s, parents et ami(e)s internautes qui lisent ceci maintenant.
Montre-leur une nouvelle révélation de TON amour et pouvoir. 
Ainsi soit-il.
Je sais que j’ai choisi plus de 4 personnes et tu peux en faire autant.
Le temps est une sorte de rivière d’évènements qui passent et le courant est FORT.
Tout aussi vite qu'une chose est portée à l'attention de l’homme, aussi vite elle est remplacée et une autre prend place.
Et ceci aussi sera effacé.

Marcus Aureliu

Commentaires

Aucun commentaire pour le moment.

Ajouter un commentaire

Nom ou pseudo :


Email (facultatif) :


Site Web (facultatif) :


Commentaire :


 
Copyright © Belles histoires, poèmes et pensées - Blog créé avec ZeBlog